Citations correspondant à « affectionn��ment » : 14 citations trouvées dans le Littré
Citation Auteur Œuvre Entrée
Qui se dit gentilhomme et ment comme tu fais, Il ment quand il le dit, et ne le fut jamais CORNEILLE Ment. v, 3 gentilhomme
La satire ment sur les gens de lettres pendant leur vie, et l'éloge ment après leur mort VOLTAIRE Lett. Bordes, 10 janv. 1769 mentir [1]
La satire ment sur les gens de lettres pendant leur vie, et l'éloge ment après leur mort VOLTAIRE Lett. de Bordes, 10 janv. 1769 vie [1]
Une physionomie qui promet une âme et qui ne ment pas ROUSSEAU Ém. V physionomie
Comme eux [Ésope, Homère] ne ment pas qui veut LA FONTAINE Fabl. IX, 1 qui
Enchante ment.... Voilà l'impie ! Il a bu des faux biens le philtre empoisonneur HUGO Odes, IV, 9 philtre
Le père [de Rosimond], fort emporté, battit cruelle ment son fils, et le mit en sang FÉNELON t. XIX, p. 21 sang
Ce large suisse à cheveux blancs, Qui ment sans cesse à votre porte VOLTAIRE Ép. 28 suisse
D'un bout du monde à l'autre on ment et l'on mentit ; Nos neveux mentiront comme ont fait nos ancêtres VOLTAIRE Filles de Minée. mentir [1]
De sorte qu'aujourd'hui presque en tous les quartiers On dit, quand quelqu'un ment, qu'il revient de Poitiers CORNEILLE Suite du Ment. I, 3 revenir
Celui qui ment sciemment en cet état [d'attrition, sans contrition], s'expose volontairement au péril moral de la damnation éternelle SUAREZ dans PASC. Prov. X sciemment
Lorsqu'on mêle le mercure avec le zinc en fusion, il se fait un bruit de grésille ment, semblable à celui de l'huile bouillante dans laquelle on trempe un corps froid BUFFON Min. t. V, p. 334 grésillement [1]
Avecque nous, si l'almanach ne ment, Les Castillans n'auront plus de castille ; Même au printemps, on doit de leur séjour Nous envoyer avec certaine fille [la reine Marie-Thérèse] Les jeux, les ris, les grâces et l'amour LA FONTAINE Poésies mêlées, XI castille
[Voulez-vous montrer] Que tout, même la mort, nous ment, Et que sempiternellement Hélas ! il nous faudra peut-être, Dans quelque pays inconnu, Écorcher la terre revêche, Et pousser une lourde bêche Sous notre pied sanglant et nu ? BAUDELAIRE Fleurs du mal, CXVIII sempiternellement