aboyé, ée

part. passé. (a-bo-ié, iée, ou aboi-ié, iée ; la prononciation varie)
  • 1Un sanglier aboyé par les chiens.
  • 2 Fig. Un débiteur aboyé de tous ses créanciers. Le prince de Conti faisait un triste et humiliant personnage, accueilli de personne, aboyé de tous. [Saint-simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon]
  • 3Recherché ardemment, postulé. Après une si nombreuse promotion, j'attendrais longtemps un régiment vacant, aboyé des familles et des officiers. [Saint-simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon]
  • rechercher