acharné, ée

part. passé. (a-char-né, née)
  • 1Attaché furieusement à sa proie, au propre et au figuré. Accusateur acharné. C'est un joueur acharné. Elles n'étaient pas moins acharnées les unes contre les autres. [Bossuet, Discours sur l'histoire universelle] D'un peuple d'assassins les troupes effrénées, Par devoir et par zèle au carnage acharnées. [Voltaire, La Henriade] On dit que ces brigands aux meurtres acharnés.... [Voltaire, L'orphelin de la Chine] Je courais, furieux dans ma rage homicide, Sur ses flancs acharné, dévorer un perfide. [Ducis, Roméo et Juliette] Ce n'était plus, dans cet amas confus d'hommes acharnés les uns sur les autres, que massacre, vengeance.... [Fénelon, Télémaque]
  • 2Où il y a de l'acharnement. Un combat acharné. On fait une guerre acharnée. Haine acharnée.
  • rechercher