affilé, ée

part. passé. (a-fi-lé, lée)
  • 1Couteau mal affilé. Lame bien affilée. C'est ainsi que Dieu, comme un chirurgien, avec son couteau affilé et à deux tranchants, qui est sa parole, pénètre les jointures, les moelles, les pensées, les intentions les plus secrètes. [Bossuet, Pensées chrét. 8]
  • 2 Fig. et fam. Avoir la langue affilée, parler beaucoup. Vous avez le caquet bien affilé, pour une paysanne. [Molière, Le bourgeois gentilhomme]
  • 3Se dit des blés, quand la gelée en a rendu les fanes petites, pointues et filiformes.

+

- HIST. XVe s. Sa langue n'est pas bien afilée. Rev. crit. 5e année, 2e sem. p. 405]

  • rechercher