alambiqué, ée

part. passé. (a-lan-bi-ké, kée)
  • 1Passé à l'alambic. Inusité en ce sens. Et [Jupiter] te répandre encor [sur Danaé], Alambiqué d'amour, en grosses gouttes d'or. [Régnier, Élégies]
  • 2 Fig. Trop subtil, trop raffiné. Ils s'égaraient dans des discours alambiqués. [Bossuet, Histoire des variations des Églises protestantes] Elles sont d'une spiritualité sèche et alambiquée. [Bossuet, Lett. Corn. 102]
  • rechercher