alarmé, ée

part. passé. (a-lar-mé, mée)
  • Tout le pays est alarmé de ces préparatifs de guerre. Alarmés sur leur situation. Alarmé par un bruit subit. Alarmé de tout ce qu'il entendait. Je suis tout alarmé de la maladie de mon père. Je pensais en voyant sa tendresse alarmée.... [Racine, Andromaque] Vous l'accusiez pourtant quand votre âme alarmée Craignait qu'en expirant ce fils vous eût nommée. [Corneille, Rodogune, princesse des Parthes] Je ne vis point sa pudeur alarmée. [Hamilton, Mémoires du chevalier de Grammont] Les matelots furent alarmés jusqu'à perdre l'esprit. [Bossuet, Oraisons funèbres] Parmi les frayeurs d'une conscience alarmée et les douleurs de l'enfer. [Bossuet, Oraisons funèbres] Et passant du Jourdain les ondes alarmées, Cueillir mal à propos les palmes idumées. [Boileau, Satires]
  • rechercher