Voir les citations avec "vôtre (le)"
Le mot la vie n'est pas un long fleuve tranquille n'a pu être trouvé dans l'index.

vôtre (le) ou vôtre (la)

adj. possessif sans son substantif (vô-tr')
  • 1Il se dit de la personne ou de la chose qui est à vous, et dont il vient d'être parlé. Délogez souvent, changez de nom, si vous ne l'avez déjà fait ; ou plutôt n'en changez point du tout, vous ne sauriez être moins connu qu'avec le vôtre. [Racine, 2e lett. à l'auteur des Imagin. réplique aux deux réponses] Rome a ses droits, seigneur ; n'avez-vous pas les vôtres ? [Racine, Bérénice] Mon coeur se met sans peine en la place du vôtre. [Racine, Iphigénie en Aulide] J'ai mon Dieu que je sers ; vous servirez le vôtre. [Racine, Athalie] Le marquis : Serviteur ; vous et moi nous en valons deux autres ; Je suis de vos amis. - Valère : Je ne suis pas des vôtres. [Regnard, Le joueur] On ne lit plus Descartes ; mais on lira son éloge, qui est en même temps le vôtre. [Voltaire, Correspondance]

    On supprime quelquefois l'article. Les raisons sont aisées à déduire, et elles seront plus vôtres, si.... [Descartes, Diopt. 5] Pouvez-vous me donner, si je ne suis pas vôtre ? [Corneille Th. Dom Bertran de Cigarral] M. de la Harpe, avec qui j'ai le plaisir de parler souvent de vous, pourra vous dire combien je vous suis attaché, et combien je suis vôtre à la vie, à la mort. [D'alembert, Lett. à Voltaire, 28 janv. 1768]

    Je suis vôtre, se dit quelquefois pour s'excuser, pour refuser. Messire Damon, je suis vôtre ; Commandez-moi tout, hors ce point. [La Fontaine, Coupe.]

  • 2 nm Ce qui vous appartient. Vous en serez du vôtre, vous perdrez tout ou partie de ce qui vous appartient.

    Ce qui vient de vous. Vous y avez mis du vôtre.

  • 3Les vôtres, vos parents, vos amis, vos adhérents, les personnes de votre compagnie, de votre pays. Vous et les vôtres. Lettre que je vous prie de lui écrire et de lui envoyer par un des vôtres. [Scarron, Oeuvres, t. I, p. 227] Punissez les délits des vôtres plus sévèrement encore que les délits des indigènes. [Raynal, Histoire philosophique et politiques des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes]

    Cette personne est des vôtres, elle est de votre parti, de votre compagnie. Nous ne sommes pas aujourd'hui des vôtres ; nous avons une invitation. Tous les mécontents seront des vôtres. Tenez-moi des vôtres, mon cher. [Molière, L'impromptu de Versailles] Je suis des vôtres ; çà, du vin. [Lamotte, Odes, t. I, p. 493, dans POUGENS] Lui est-il [à Dieu] plus difficile de remuer tous les hommes que d'en remuer quelques-uns ? serait-il Dieu que pour votre petite secte ? il l'est pour moi, qui ne suis point des vôtres. [Voltaire, Philos. de l'âme, 5]

    Familièrement. Je suis bien le vôtre je suis tout vôtre, je n'en suis pas moins le vôtre s'emploie par forme de salutation, pour : je sui bien votre serviteur. Monsieur, je suis tout vôtre. [Molière, L'étourdi, ou Les contretemps]

  • 4 Familièrement. Vous faites des vôtres, se dit de quelqu'un qui fait des folies, de bons tours, ou même des actions répréhensibles, et aussi qui agit à sa guise. Madame Scaliger [Mme d'Argental], vous avez sans doute taillé et rogné [dans l'Écossaise] ; vous avez fait des vôtres. [Voltaire, Correspondance]
  • 5 J'ai reçu la vôtre du 13 juin.... en commençant une lettre, ne vaut rien ; il faut dire j'ai reçu votre lettre. [De Caillières, 1690] Quand on est fort éloignée, on ne se moque plus des lettres qui commencent par : J'ai reçu la vôtre.... [Sévigné, 16]

+

VÔTRE.
2Le vôtre, ce qui vous appartient. Ajoutez un exemple : Et quand la faim les poind, se prenant sur le vôtre. [Régnier, Satires]
  • rechercher