Voir les citations avec "mariage"
Le mot mariage par procuration n'a pu être trouvé dans l'index.

mariage

nm (ma-ri-a-j')
  • 1Union d'un homme et d'une femme consacrée soit par l'autorité ecclésiastique, soit par l'autorité civile, soit par l'une et l'autre. Un homme de moyen âge Et tirant sur le grison Jugea qu'il était saison De songer au mariage ; Il avait du comptant, Et partant De quoi choisir ; toutes voulaient lui plaire. [La Fontaine, Fables] Une avait pris un peintre en mariage. [La Fontaine, Rém.] Le mariage, Agnès, n'est point un badinage ; à d'austères devoirs le rang de femme engage. [Molière, L'école des femmes] Le mariage peut nous faire peur à tous deux. [Molière, L'avare] Il lui donna sa fille en mariage. [Bossuet, Discours sur l'histoire universelle] Je n'ai pas besoin de vous dire que c'est Dieu qui donne les grandes naissances, les grands mariages, les enfants, la postérité. [Bossuet, Oraisons funèbres] Cessez, princes et potentats, de troubler par vos prétentions le projet de ce mariage. [Bossuet, ib.] Ils mangeaient, ils buvaient.... ils bâtissaient, ils faisaient des mariages aux jours de Noé et aux jours de Loth, et une subite ruine les vint accabler. [Bossuet, ib.] On n'y regarde plus, ce semble, le mariage comme une chose sacrée, mais comme une affaire temporelle, et comme une pure négociation. [Bourdaloue, 2e dim. après l'Épiphan. Dominic. t. I, p. 68] Ce fut environ ce temps-là qu'il [Théodose] défendit, sous des peines très rigoureuses, le mariage entre les cousins germains, renouvelant les édits anciens, qu'une licence effrénée avait entièrement abrogés. [Fléchier, Histoire de Théodose le Grand] Les meilleurs mariages sont ceux où l'on souffre tour à tour, l'un de l'autre, avec douceur et avec patience. [Maintenon, Avis à la duch. de Bourg. Leti. t. III, p. 205, dans POUGENS] Il n'est point de repos ni de paix avec elle ; Son mariage n'est qu'une longue querelle. [Boileau, Satires] C'est la convenance qui fait les mariages. [Saurin, Moeurs du temps, 19] Le mariage, chez toutes les nations du monde, est un contrat susceptible de toutes les conventions, et on n'en dut bannir que celles qui auraient pu en affaiblir l'objet. [Montesquieu, Lettres persanes] Les mariages étant de toutes les actions humaines celle qui intéresse le plus la société, il a bien fallu qu'ils fussent réglés par les lois civiles. [Montesquieu, L'esprit des lois] J'ai dit que, chez les peuples qui ne cultivent point les terres, les mariages étaient beaucoup moins fixes, et qu'on y prenait ordinairement plusieurs femmes. [Montesquieu, ib. XVIII, 24] Comme un des grands objets du mariage est d'ôter toutes les incertitudes des conjonctions illégitimes, la religion y imprime son caractère, et les lois civiles y joignent le leur, afin qu'il ait toute l'authenticité possible. [Montesquieu, ib. XXVI, 13] Dans ce temps, c'est-à-dire il y a près de cent ans, chaque mariage produisait à Paris environ quatre enfants deux tiers, au lieu qu'à présent chaque mariage ne produit tout au plus que quatre enfants. [Buffon, Prob. de la vie, Oeuv. t. X, p. 570] Je suis toujours persuadé que le vrai bonheur de la vie est dans un mariage bien assorti, et je ne le suis pas moins que tout le succès de cette carrière dépend de la façon de la commencer. [Rousseau, Correspondance]

    Promettre mariage, faire à une femme la promesse qu'on l'épousera. Ce seigneur étranger lui avait promis mariage. [Scarron, Le Roman comique]

    Faire un bon mariage, faire un mariage qui procure le bonheur du ménage. Il se maria à vingt-trois ans avec demoiselle Françoise Fandelle de Faveresse, et, quoiqu'amoureux, il fit un bon mariage. [Fontenelle, Malezieu.]

    Faire un bon mariage, se dit aussi d'un mariage riche ou avantageux.

    Faire un mariage, être l'intermédiaire qui amène deux personnes à se marier. Ceux qui font des mariages ne s'embarrassent guère du succès. [Regnard, Sérénade]

    Né hors du mariage ou hors mariage, se dit des enfants illégitimes. Cette nombreuse jeunesse née hors du mariage. [Fénelon, Télémaque]

  • 2Noms donnés à différentes espèces de mariages.

    Mariage de conscience, mariage entre personnes qui ont eu ensemble un commerce illicite.

    Mariage de conscience se dit aussi d'un mariage où les formalités ont été remplies secrètement.

    Mariage in extremis, union conjugale contractée dans un temps où l'une des parties est en danger de mort.

    Mariage mixte, celui qui est contracté par des personnes de religions ou de communions différentes.

    Mariage subséquent, celui qui est contracté après la naissance d'un ou de plusieurs enfants, qu'on légitime en les reconnaissant dans l'acte de ce mariage subséquent.

    Mariage de la main gauche, voir MAIN, n° 47.

    Mariage sur la croix de l'épée, voir CROIX n° 8.

    Mariage à la gaumine, voir GAUMINE, ainsi dit de Michel Gaumin, homme connu du temps de la Fronde, et qui se maria ainsi.

  • 3Noms donné à des unions qui n'ont que l'apparence du mariage.

    Mariage sous la cheminée, union secrète contractée entre un homme et une femme sans que les formalités légales aient été remplies.

    Demi-mariage se dit dans un sens analogue. Nous y voyons pratiquer cet usage, Demi-amour et demi-mariage, Table d'attente, avant-goût de l'hymen. [La Fontaine, Rém.]

    Mariage en détrempe, voir DÉTREMPE.

    Mariage de Jean des Vignes, voir JEAN, n° 9.

  • 4 Terme d'ancienne législation. Mariage réchauffé, mariage d'un veuf ou d'une veuve.

    Mariage par paroles de présent, mariage devant notaires, sur le refus du curé.

    Franc mariage, mariage entre personnes de condition noble et libre.

    Mariage par échange, mariage entre personnes serves appartenant à deux seigneurs différents, et à la suite duquel le seigneur de l'époux donnait à l'autre seigneur une serve en échange de l'épouse.

  • 5La célébration des noces. Être invité, assister à un mariage. À moins qu'en attendant le jour du mariage.... [Corneille, Le menteur]
  • 6Le bien, la dot que les parents donnent à leurs enfants en les mariant. Je lui donne vingt mille écus en mariage ; écrivez. [Molière, L'amour médecin] J'augmente de dix mille écus le mariage de ma fille. [Molière, Monsieur de Pourceaugnac] Il [le futur beau père de M. de Sévigné] donne deux cent mille francs à sa fille ; c'est un grand mariage en ce temps-ci. [Sévigné, 4 déc. 1683] Lucile est ma nièce ; et, si votre fils l'épouse, je lui donnerai un mariage dont vous serez content. [Regnard, Le retour imprévu] Ah ! quel malheur ! il faudra donc que vous rendiez le mariage de votre femme à sa famille ! [Dancourt, la Femme d'intrigues, III, 13]
  • 7 Fig. En termes mystiques, consécration d'une femme à la vie religieuse. Maintenant que vous vous êtes ornée d'une manière digne de lui [le divin époux], et que votre noviciat vous a préparée à ce bienheureux mariage. [Bossuet, Sermons]

    Il se dit aussi de l'union de l'esprit de l'homme avec l'esprit de Dieu. Il se fait comme un sacré mariage entre notre esprit et l'esprit de Dieu ; ce qui fait que celui qui s'attache au divin esprit devient un même esprit avec Dieu. [Bossuet, Sermons]

  • 8 Fig. Union de personnes pour une opération, une affaire. La pensée de ce mariage de neuf ans avec un fermier. [Sévigné, 9 avr. 1683]
  • 9 Fig. Il se dit, en parlant des choses qui s'unissent. Ne voyez-vous pas qu'il se fait comme un mariage entre les objets et les sens ? Notre vue, notre ouïe, tous nos sens s'unissent, en quelque sorte, avec les objets. [Bossuet, Sermons] Le Ladon et l'Alphée, en se réunissant au-dessous du verger, embrassaient une île qui semblait naître du mariage de leurs eaux. [Chateaubriand, Les martyrs, ou Le triomphe de la religion chrétienne]

    Terme d'alchimie. Mariage philosophal, l'union du soleil et de la lune dans le mercure hermétique.

  • 10Mariage du doge avec l'Adriatique, cérémonie qui avait lieu tous les ans à Venise ; le doge, monté sur le navire appelé Bucentaure, jetait une bague dans les flots en prononçant une formule commençant par le mot desponsamus,
  • 11 Terme de botanique. Mariage des plantes, se dit de la manière dont les fleurs mâles fécondent les femelles.
  • 12 Terme de marine. Réunion de deux cordage par des amarrages plats.

    Action d'ajouter un morceau de toile en surplus à la couture d'une voile.

  • 13Nom donné aux défauts dans le dévidage de la soie produits par la rupture de l'un des fils et son enroulement ou doublage avec l'autre. Éviter les mariages.
  • 14Réunion de plusieurs bandes de marbre que l'on scelle bout à bout sur une dalle pour, d'un même trait de scie, en faire la division.
  • 15Mariage ou brisque, nom d'un jeu de cartes où le principal avantage est de réunir dans sa main un roi et une dame de même couleur, réunion qui se nomme aussi mariage, mariage d'atout, le roi et la dame de la couleur retournée. Mariage sur table, celui qui a lieu quand le joueur qui donne a retourné le roi et tient la dame dans son jeu, ou réciproquement. Mariage de rencontre, levée composée d'un roi et d'une dame de la même couleur ; il ne se compte pas ordinairement.
  • 16Nom que les jurés cordiers donnaient à la corde qu'ils devaient fournir au bourreau de Paris pour pendre les criminels.
  • 17Mariage républicain, supplice imaginé à Nantes par Carrier, consistant à jeter dans la Loire un homme et une femme attachés ensemble.

PROVERBES

Un bon mariage payera tout, se dit de ceux qui, faisant des dettes étant garçons, comptent les payer avec la dot de la femme qu'ils épouseront. Vous mourrez toutes deux à l'hôpital, et déshonorées encore.- Oh ! pour cela non, madame ; un bon mariage va nous mettre à couvert de la prédiction. [Regnard, Le retour imprévu]

Au mariage et à la mort, le diable fait son effort, c'est-à-dire à chaque mariage, à chaque mort les caquets et les médisances vont grand train.

Autant de mariages, autant de ménages, il faut qu'un homme et une femme se mariant aient leur ménage à part.

+

18Mariage de garnison, liaison qu'un militaire en garnison contracte avec une femme et qui n'a pas d'autre durée que celle du séjour dans la garnison. Il était bien possible que sir Richard eût fait en France ce qu'on appelle un mariage de garnison. [G. Sand, Ma soeur Jeanne, dans Rev. des Deux-Mondes, 15 janv. 1874, p. 245]
  • rechercher