Voir les citations avec "politique"
Le mot politique commerciale n'a pu être trouvé dans l'index.

politique [1]

adj. (po-li-ti-k')
  • 1Qui a rapport aux affaires publiques. Il est certain, et les peuples s'en convaincront de plus en plus, que le monde politique, aussi bien que le physique, se règle par poids, nombre et mesure. [Fontenelle, Montmort.] Qu'on ne dise donc plus que nos législateurs, Pour nous donner un frein devenus imposteurs, Nous ont transmis d'un Dieu la fable politique. [Bernis, Relig. veng. III] Lorsque l'Esprit des lois parut en 1750, les ouvrages de Melon, de Dutot, de Cantillon, de l'abbé de Saint-Pierre étaient les seuls livres français sur les sciences politiques qui fussent entre les mains des gens de lettres. [Voltaire, Polit. et lég. Préface des éditeurs (éd. de 1785).] Je serais d'avis de ne donner au public qu'une partie des instructions de Louis XIV au roi d'Espagne ; je voudrais que le public ne vît que les conseils vraiment politiques dignes d'un roi de France et d'un roi d'Espagne. [Voltaire, Correspondance] Et ne sais-je pas, ajoute-t-il, que militairement Moscou ne vaut rien ? mais Moscou n'est point une position militaire, c'est une position politique ; on m'y croit général, quand j'y suis empereur. [Ségur, Histoire de Napoléon et de la Grande-Armée pendant l'année 1812] L'intérêt politique, Pour lui, comme pour tous, est un mot sans réplique. [Delavigne, Popularité, III, 1]

    Droit politique, les lois qui règlent les formes du gouvernement.

    Droits politiques, droits en vertu desquels un citoyen participe au gouvernement.

    Domicile politique, voir DOMICILE.

    Économie politique, voir ÉCONOMIE.

    Arithmétique politique, voir ARITHMÉTIQUE.

  • 2Qui résulte de l'opinion sur les affaires publiques. Parti politique. Haines politiques. Les premiers comiques latins hasardèrent la satire personnelle, mais jamais la satire politique. [Marmontel, Oeuv. t. VI, p. 155] J'aime à fronder les préjugés gothiques Et les cordons de toutes les couleurs ; Mais, étrangère aux excès politiques, Ma liberté n'a qu'un chapeau de fleurs. [Béranger, le Nouveau Diogène.] Un serment politique est toujours un serment. [Delavigne, la Popularité, I, 8] Je suis, et je m'en pique, Son père, entendez-vous ? son père politique : Je suis son électeur. [Delavigne, ib. I, 11]

    Qui s'occupe des affaires publiques, qui y prend part, en parlant des hommes. Les hommes politiques ont aussi leur coquetterie : un front en coupole, un regard fascinateur, une attitude dominatrice, un teint pâle attestant des veilles ; tels sont les mâles attraits qu'ils aiment à exhiber. [Ch. de Bernard, Un homme sérieux, § IV]

  • 3 Par extension, qui a rapport à la conduite des affaires privées. Dites-moi un petit mot de mes affaires ; êtes-vous toujours dans le même raisonnement politique qui vous fit préférer le receveur au fermier ? [Sévigné, à Guitaut, 20 avr. 1683]
  • 4 Fig. Qui est fin et adroit, prudent et réservé. Les dominicains sont trop puissants, me dit-il, et la société des jésuites est trop politique pour les choquer ouvertement. [Pascal, Les provinciales] Il est politique, mystérieux sur les affaires du temps. [La Bruyère, VI] Quoique je fusse bien aise au fond de l'âme de devenir page d'un grand, je fus assez politique pour cacher ma joie. [Lesage, Histoire d'Estevanille Gonzalez, surnommé le garçon de bonne humeur]

    Il se dit aussi des choses. Ils couvrent leur prudence humaine et politique du prétexte d'une prudence divine et chrétienne. [Pascal, Les provinciales] Le chancelier Séguier, par sa politique conduite, s'assura pour toujours la faveur de la reine. [Saint-simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon]

  • 5Vers politique, vers usité chez les Grecs de l'époque byzantine et de l'époque moderne, et qui se mesure non par la quantité, mais par le nombre des syllabes.
  • 6 nm Celui qui s'applique à la connaissance des affaires publiques, du gouvernement des États. Peut-être qu'après tout ces croyances publiques Ne sont qu'inventions de sages politiques. [Corneille, Polyeucte] Un roi qui s'y résout est mauvais politique. [Corneille, La mort de Pompée] Les politiques ne se mêlent plus de deviner ses desseins [de Louis XIV]. [Bossuet, Oraisons funèbres] Que ne lui promit-on pas dans ces besoins ! mais quel fruit lui en revint-il, sinon de connaître par expérience le faible des grands politiques, leurs volontés changeantes ou leurs paroles trompeuses ? [Bossuet, Oraisons funèbres] Content de remarquer des actions de vertu dont les sages auditeurs puissent profiter, ma voix n'est pas destinée à satisfaire les politiques ni les curieux. [Bossuet, ib.] J'admire le langage des politiques : à les entendre, c'est toujours la raison, c'est l'équité toute pure qui les conduit ; à les voir agir, il est clair que l'intérêt seul ou l'ambition est leur règle et leur guide. [Rollin, Histoire ancienne] Il n'y a que le faible qui trompe ; le vrai politique est celui qui joue bien et qui gagne à la longue ; le mauvais politique est celui qui ne sait que filer la carte, et qui tôt ou tard est reconnu. [Voltaire, l'ABC (12e entretien).]
  • 7Membre d'un parti formé pendant la ligue par des personnes qui, écartant la question religieuse, ne demandaient, disaient-elles, que des réformes politiques.

    S'est dit aussi d'un parti qui était guidé par ces mêmes principes, pendant les troubles d'Angleterre.

  • 8Celui qui a une conduite adroite, prudente, rusée. Ces fins politiques [les jésuites] se gardèrent bien de réclamer.... [Saint-simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon]
  • rechercher